Une action politique contre la cigarette ?


0
0
0
0
0
or copy the link

UN RETOUR DE LA PROHIBITION EST PROSCRIT

Une politique prohibitionniste risquerait d'encourager une économie parallèle

Une politique prohibitionniste risquerait d’encourager une économie parallèle

A priori, l’idée de bannir complètement le tabac paraît fort séduisante. Pourtant, il n’est pas sûr d’arriver à bout de cette industrie dévastatrice pour la santé publique en mettant en place une interdiction totale. Nous pouvons nous rappeler le résultat de la prohibition aux Etats-Unis entre 1919 et 1933. Cette loi pour bannir l’alcool, tout aussi ravageur que la cigarette, a été un échec car elle a permis le développement d’un marché noir et une formidable bonne affaire pour le crime organisé.

Ainsi, même une volonté politique radicale ne peut pas venir à bout de la cigarette mais bien un ensemble d’action coordonnées et graduelles. Un politicien peut bien faire la loi dans son pays mais les frontières ne sont pas étanches. Le Bhoutan est le premier état à avoir interdit la vente de tabac (mais pas de fumer) en 2004 mais cela n’a évidemment pas porté un coup fatal aux producteurs de cigarettes. Un coup d’épée dans l’eau en somme.

Ainsi, le courage politique pour interdire la cigarette n’est pas l’élément crucial pour combattre le fléau. Il est certes indispensable pour lutter contre le lobby de l’industrie du tabac et il faut plutôt concevoir une lutte concertée un peu comme une guerre avec une succession de batailles à gagner.

L’EDUCATION, UNE ARME CONTRE LE TABAC

L'éducation est une arme efficace pour lutter contre le tabagisme

L’éducation est une arme efficace pour lutter contre le tabagisme

La première bataille est celle de l’éducation. L’école joue un grand rôle dans le fait que les jeunes prennent la décision de fumer ou non. Dès l’école primaire, à l’âge de 7 ou 8 ans au moment ou l’élève est sensible et s’intéresse à toutes sortes de sujets, il faut diaboliser la cigarette. Les parents et les proches doivent aussi appuyer cette démarche. Plus tard, au cycle secondaire, c’est la tolérance zéro qui doit s’appliquer et les parents doivent être vigilants : toute odeur de cigarette dans les vêtements doit les pousser à une action énergique qui passe par la suppression de l’argent de poche et des sorties. Pour les plus récalcitrants, une visite au pavillon des cancéreux serait appropriée pour les convaincre définitivement.

REDUIRE LA DEMANDE

Ensuite, la législation du pays doit suivre et rendre progressivement la vie dure au consommateur pour freiner la demande. Augmentation de taxes sur le tabac, interdiction de fumer dans tous les lieux publics, restrictions dans la vente aux mineurs sont autant d’armes dissuasives. Parallèlement, il faut mettre en place des politiques encourageant l’abandon du tabac par les fumeurs grâce à des prises en charge médicales. Ainsi, les politiciens doivent non pas se lancer dans une obstruction frontale mais bien au contraire user de tactiques de guérilla.

BLOQUER L’OFFRE

Il est également judicieux de bloquer l’offre et l’approvisionnement en tabac. Ainsi, l’Organisation Mondiale de la Santé pourrait bien lancer une initiative à l’intention des agriculteurs de tabac pour les inciter à changer de culture. Les fabricants verront ainsi le coût de leur matière première augmenter substantivement. Les autoritaires sanitaires doivent aussi interdire dans le processus de fabrication l’addition de produits qui augmentent l’addiction. Les procès gigantesques contre l’industrie ont peu de chance d’aboutir et c’est plutôt par des mesures fiscales qu’il est vraiment possible de faire jeter l’éponge aux fabricants.

En définitive, ce n’est pas tant le courage politique qui manque aux décideurs mais bien une coordination pour mener une action commune et donner une réponse musclée et progressive à ce fléau. Pour poursuivre la réflexion, de manière divertissante, sur cette question, je ne peux que conseiller un excellent film : Thank you for smoking.

0
0
0
0
0
or copy the link